Projet « améliorer l’insertion socio-professionnelle des jeunes de 09 à 16 ans victimes du travail dans les sites d’orpaillage dans la province du Kourwéogo », des jeunes reçoivent des kits d’installation

Le travail des enfants sur les sites d’orpaillage est une réalité. C’est un phénomène qui est récurrent. Plusieurs enfants compromettent leur avenir dans ces sites. Les enfants scolarisés abandonnent l’école pour la recherche de l’or, ignorant tout ce qu’il y a comme conséquences. La province du Kourwéogo fait partie de ces zones où la présence des enfants dans les sites d’orpaillage est très développée.

Conscient du danger que représente ce travail pour les enfants, l’Association pour la Promotion et le Développement Paysan Kog-liyan ( APDPK) grâce à l’appui financier et technique de l’ONG Solidar Suisse au Burkina Faso conduit le projet « Améliorer l’insertion socio-professionnelle des jeunes de 09 à 16 ans victimes du travail dans les sites d’orpaillage de la province du Kourwéogo ».

L’un des objectifs de ce projet est de permettre à un certain nombre de jeunes travaillant dans les sites d’orpaillages d’accéder à un emploi décent grâce à des formations professionnelles de courte durée. Après trois ans de formation professionnelle en menuiserie, mécanique et couture, dix jeunes dynamiques ont été sélectionnés afin de bénéficier du matériel nécessaire pour leur travail.
La remise de ces kits d’installation s’est faite au cours d’une cérémonie le 03 Décembre à Boussé.

Le Haut-commissaire, le Directeur régional de la jeunesse, les représentants des services déconcentrés ainsi que les partenaires de APDPK en l’occurrence Solidar Suisse ont pris part à cette cérémonie.

Pour le Haut-commissaire, cet acte est très important car, retirer des enfants dans des sites d’orpaillages, les former et leur attribuer du matériel pour leur installation n’est pas une petite affaire. « C’est un gros boulot qui relève en principe de la responsabilité de l’Etat, mais comme vous le savez, ces temps-ci, l’Etat est éprouvé. Voir des associations qui soutiennent l’Etat à travers des actions fortes comme celle-ci nous rend heureux » précise Abdoul Karim ZONGO, Haut-commissaire de la province du Kourwéogo.

«  Cela fait trois ans d’engagement dans ce projet avec APDPK, et aujourd’hui notre satisfaction est grande car les résultats sont probants  » confie le représentant adjoint de Solidar Suisse au Burkina Faso, Valentin ILBOUDO. Des enfants sont sortis des sites aurifères, d’autres ont repris les études au niveau des écoles primaires et des collèges, un grand nombre a bénéficié des formations professionnelles. « Nous accompagnons aujourd’hui, une partie de ces jeunes avec des kits d’installation. Nous aurions voulu donner à tous les bénéficiaires de la formation professionnelle, mais nos moyens étaient limités » Nous sommes satisfaits de APDPK qui a su conduire ce projet.

Pour Naaba Sonré, président de APDPK, ce projet a évidemment changé la vie de ces jeunes enfants qui étaient exposés à tous les risques dans les sites d’orpaillage. « Nous avons pu récupérer 52 enfants dans ces sites. Ils ont tous réintégrés normalement la société. D’autres travaillent et certains sont à l’école, nous sommes fiers. Par ailleurs le matériel qu’ils ont reçu leur permettra de mener à bien leurs activités afin de gagner leur vie  » mentionne le président de APDPK.

«  Ces jeunes qui ont eu les kits ont été choisis parmi d’autres qui ont bénéficié de la même formation qu’eux, alors je les exhorte à utiliser soigneusement ce matériel afin que cela leur profite toute leur vie  » a indiqué le Haut-commissaire.

SAWADOGO Véronique était vendeuse dans un kiosque au niveau d’un site d’orpaillage, maintenant elle a été formée en coupe couture et elle a reçu du matériel de travail. «  Je suis très heureuse de ce que j’ai appris, je sais coudre et j’ai reçu des équipements qui m’aideront à bien travailler. Je vais ouvrir mon atelier de couture et poursuivre le travail car je travaillais déjà dans l’atelier d’une connaissance.  »

«  J’ai été retiré du site minier il y a trois ans ; j’ai bénéficié dune formation en mécanique et j’ai les compétences actuellement en la matière. Je répare déjà les engins à deux roues. Avec le matériel que j’ai acquis, je vais mettre en place mon entreprise. J’ai foi que ce travail me permettrait de subvenir à mes besoins actuels et de prendre en charge ma future famille  », confie le jeune KANAZOE Mohamed.

Le Haut-commissaire remercie APDPK et souhaite que Solidar Suisse ait encore plus de moyens techniques et financiers pour continuer à soutenir ce type d’initiatives qui redonnent espoir aux enfants vulnérables et démunis.

pelagie SANDWIDI
Yam-Pukri


Nos partenaires